My-Start : une application pour démarrer votre voiture à même votre cellulaire

Notre téléphone cellulaire est devenu un outil indispensable au quotidien. On y mémorise non seulement nos contacts, mais dorénavant, il est possible d’y faire notre liste d’épicerie, payer le parcmètre et même, programmer l’enregistrement d’une émission de télé à distance. On a découvert une application conçue au Québec, pour le Québec, qui vous permettra d’ajouter une corde à l’arc de votre téléphone : le contrôle de votre voiture.

My-Start existe déjà depuis 2014. Évidemment, depuis sa création, de nombreuses mises à jour ont été ajoutées afin de proposer une application fonctionnelle. Cependant, pour l’utiliser, il faut préalablement posséder un démarreur à distance.

En installant My-Start, vous pourrez : démarrer et éteindre votre moteur, verrouiller et déverrouiller les portes ainsi qu’ouvrir et fermer un hayon motorisé. Aussi, l’application transmet en temps réel les messages de sécurité et les diagnostics de la voiture.

Une démonstration vidéo de l’application My-Start est disponible sur YouTube.

Ce qui est aussi intéressant, c’est que l’application a une grande couverture au niveau du Québec ainsi qu’en Ontario. Vous pouvez consulter les cartes géographiques sur le site web de My-Start.

Pour ceux redoutant le vol ou la perte de leur cellulaire, My-Start offre une protection supplémentaire dans ces cas-là. En temps normal, votre cellulaire nécessite un code pour l’ouverture de ce dernier. Ensuite, vous pourrez créer un code à quatre chiffres directement sur l’application, afin d’éviter qu’une personne autre que vous puisse démarrer votre voiture.

Il est possible de configurer l’application avec un nombre illimité de voitures sur votre téléphone. Cependant, seulement trois téléphones peuvent être configurés pour une même voiture.

Si vous voulez discuter avec un détaillant My-Start, vous trouverez un localisateur sur la page web.

D’autres applications du même type sont disponibles pour iPhone et Android. Sachez cependant qu’aucune autre n’est configurée expressément pour le territoire québécois.