Acheter une voiture accidentée et réparée, est-ce une bonne idée?

Nous voulons tous économiser de l’argent au moment d’acheter notre prochain véhicule. L’une des possibilités qui s’offrent à nous est d’acheter un véhicule accidenté qui est par la suite réparé et vendu. Les économies que nous pouvons obtenir dans une telle situation sont notables. Il est en effet possible d’économiser entre 10% et 30% selon plusieurs experts, ce qui équivaut à des milliers de dollars.

Une telle économie ne tombe pas du ciel, cependant. Elle s’explique par le fait que ce type de véhicule est par définition moins désirable aux yeux de plusieurs acheteurs qui préfèrent un véhicule dont l’historique est plus propre. Donc, il faut savoir en premier lieu qu’une bonne partie des économies engendrées seront essuyées au moment de la revente. En d’autres mots, nous devrons vendre notre véhicule à prix moindre s’il est accidenté.

Pour certains, cela n’est pas un problème. Regardons donc un peu plus près aux éléments à surveiller et considérer au moment d’acheter un véhicule accidenté.

Que signifie VGA?

Le terme VGA désigne un véhicule gravement accidenté qui a été déclaré perte totale. Or, le véhicule que nous achetons est considéré comme un VGA reconstruit. Il existe plusieurs considérations avec ce type de véhicule à commencer par les assurances.

Plusieurs compagnies d’assurances ne veulent tout simplement pas assurer des véhicules VGA reconstruits. La dépréciation plus forte de ces véhicules explique en partie cette réticence, mais c’est surtout parce que les véhicules VGA peuvent être des véhicules volés ou reconstruits avec des pièces volées. Il est alors très difficile pour une compagnie d’assurances d’évaluer le risque associé avec la voiture.

Il est cependant possible de faire authentifier le véhicule auprès du Bureau de l’assurance du Canada, une étape qui coûte près de 500 $ et qui sera souvent exigée par les assureurs.

Ensuite, il est important de savoir ce qui a été accidenté sur le véhicule. Si les dommages sont esthétiques, c’est beaucoup plus facile à réparer. Des dommages à la structure du véhicule, au moteur ou encore à l’électronique (dû à une inondation, par exemple) sont plus complexes.

Or, les experts en la matière recommandent généralement d’éviter les véhicules dont les trois éléments décrits précédemment ont été touchés. Aussi, il faut se rappeler que la garantie du constructeur ne sera plus en vigueur quand un véhicule est déclaré VGA. Il est possible d’ajouter une garantie prolongée provenant d’un tiers parti, mais il faut alors vérifier ce qui est couvert.

Est-ce que cela en vaut la peine? À vous de décider.